h1

La Pyramide Alimentaire

13 septembre 2009
La Pyramide Alimentaire du PNNS

La Pyramide Alimentaire du PNNS*

La pyramide alimentaire est un outil officiel qui a été élaboré par les instances gouvernementales (PNNS*, AFSSA*…) dans le but de permettre aux consommateurs de se repérer plus facilement par rapport au concept d’équilibre alimentaire. Il n’est pas évident de situer précisement ses besoins nutritionnels en lien avec les nombreuses recommandations qui nous sont prodiguées régulièrement. La pyramide est donc un moyen accessible à tous et pratique pour ajuster son alimentation dans le but de couvrir au plus près ses besoins nutritionnels au quotidien.

Voici quelques petites précisions d’usage :

  • Le socle (ou la base) de la pyramide représente les produits céréaliers ; il est recommandé de favoriser ceux à faible index glycémique tels que les céréales complètes et les légumineuses (lentilles, pois et haricots secs…) plutôt que les féculents raffinés (pâtes blanches, riz blancs, pains blancs, pommes de terre…). Il est bon d’intégrer ces aliments en quantité raisonnable à chaque repas.
  • L’étage supèrieur des fruits et légumes est essentiel ; le PNNS recommande de consommer au moins 5 de ces produits au quotidien ou 400 g/jour. Une portion équivalant à 80 g de fruits ou légumes crus ou cuits.
  • Le 3ème étage comprend tous les produits d’origine animale : viandes, poissons, oeufs, produits laitiers… pour lesquels les recommandations divergent. La viande ne devrait pas être consommée plus d’1 fois par jour car elle contient des graisses saturées qui encombrent le système cardiovasculaire en se déposant sur les artères. Le poisson devrait être consommé au moins 3 fois par semaine pour son profil santé supèrieur. Les oeufs au nombre de 3 maximum par semaine. Les produits laitiers sont préconisés à hauteur de 3 par jour incluant yaourt, lait, fromages. Attention toutefois, le fromage comme la viande est riche en graisses saturées. Il est donc judicieux d’éviter cette combinaison au cours d’un même repas pour éviter de surcharger et de fatiguer l’organisme.
  • Le 4ème étage est celui des matières grasses. Elles doivent être consommées avec parcimonie (moins de 40g/jour) et surtout bien choisies : privilégiez les huiles végétales d’olive, colza, soja… pour cuisiner et assaisonner vos plats. Attention aux graisses cachées dans les produits transformés (e.g., plats préparés, viennoiseries, biscuits…) qui sont souvent importantes et de très mauvaise qualité (graisses hydrogénées), dans certains morceaux de viandes (mouton, côtelette d’agneau, entrecôte et langue de boeuf, travers et côte de porc, oie…), certaines qualités de fromages ou de produits laitiers (roquefort, fromages à + de 60% de mat. grasses, crème fraîche épaisse, yaourts entiers…).
  • Le dernier étage de la pyramide désigne les produits sucrés. L’idéal serait de n’en consommer qu’occasionnellement car la plupart de ces produits sont des aliments « vides » sur le plan nutritionnel. En effet, ils sont trop souvent riches en sucres simples (sirop de glucose) et en graisses saturées, hydrogénées, trans. Ils n’apportent que peu ou pas de protéines, vitamines et minéraux. Ils devraient donc rester un aliment dit de « plaisir », et donc introduits avec parcimonie au régime alimentaire.

Un élément essentiel n’est pas représenté sur ce modèle de pyramide alimentaire : l’eau. C’est pourtant le premier carburant dont notre organisme a besoin et ne peut se passer. Beaucoup d’autres modèles font apparaître l’eau et les boissons sans sucres ajoutés et hydratantes à la base de la pyramide comme illustré infra :

Variante de la Pyramide Alimentaire

Variante de la Pyramide Alimentaire

S’il n’est absolument pas primordial d’assurer à 100% cet équilibre au quotidien (les contraintes de la vie font que ce n’est pas toujours possible et l’organisme s’adapte en compensant d’une certaine manière les petits écarts sur le court terme), il est en revanche essentiel d’essayer de suivre ces recommandations à l’échelle d’une semaine afin de couvrir au mieux les apports nécessaires à la santé de l’organisme et éviter les carences.

* PNNS : Programme National Nutrition Santé

* AFSSA : Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :